HISTO LIBERCOURT

20 janvier 2013

L' Harmonie municipale " La Concorde "

                                                                 Lyre musicale 01 03     

 

 

     

 

L'Histoire de l'Harmonie municipale

" La Concorde "

 

                                                                                                                                                                                                                          Deux sociétés musicales s'affrontent !  La grande querelle des ’’Communeux’’ et des ’’Civileux’’                                                                                                                                      ’’ Naissance de l’ Harmonie la Concorde ’'

 En 1842, fut fondée à Libercourt une société musicale qui fut dirigée successivement par MM. Grossemy, Gellez, et Blaise Deléteuille. Cette société marcha très bien pendant longtemps. Le siège et les répétitions se déroulaient dans le café de Blaise Deléteuille. Un samedi soir, jour de répétition, un désaccord survint entre ce dernier et des musiciens. Ceux-ci quittèrent leur siège et s’en allèrent au café d’en face chez Duportat. Ils désignèrent parmi eux un nouveau chef et reprirent la répétition. De ce fait, Blaise Deléteuille n’était plus chef de musique et perdait une bonne clientèle. Il lui vint alors une idée qu’il mit de suite à exécution. Il alla trouver chez eux quelques musiciens pour leur faire part de celle-ci : demander la séparation de Libercourt d’avec Carvin. Libercourt était à cette époque considéré comme hameau de Carvin et de ce fait n’avait aucune administration. Les Libercourtois étaient constamment obligés de se déplacer au chef lieu de canton de Carvin pour toutes les démarches administratives ( déclarations des naissances, des décès, célébrations des mariages... )                                                                                                                                                                        

Harmonie 01                                                                                      

L’idée de Blaise Deléteuille enthousiasma ses interlocuteurs. Il alla trouver quelques autres amis en leur faisant  des promesses: '' toi, tu seras maire, toi adjoint, toi conseiller, toi garde champêtre …'' Bref, il ’’ débaucha ’’ ainsi dix-huit membres de la société de musique qui revinrent chez lui et le désignèrent à nouveau chef.                    Blaise Deléteuille venait tout simplement de réaliser la scission.                              

               Fanfares ’’ MUNICIPALE ’’ et ’’ CONCORDE ’’               Les autres musiciens gardèrent donc comme siège le café Duportat, nommèrent un nouveau chef et en avisèrent aussitôt M.Baggio, maire de Carvin, lequel leur conféra le titre de Fanfare Municipale et leur alloua une subvention de la ville.                                Ceux qui avaient suivi Blaise Deléteuille fondèrent alors la fanfare « La Concorde » et n’obtinrent pour cause aucune subvention. Cette affaire déclencha, on s'en doute, de vifs remous dans le hameau et provoqua même de vives violences.                              La « Concorde » réclama l’indépendance pour Libercourt ce qui fût refusé par Carvin.   La « Municipale » demanda et obtint une décentralisation.  Des services d’état furent installés, les actes administratifs purent s’établir à Libercourt. Un adjoint spécial fut même désigné.  C’était un point marqué par la Municipale ». 
A partir de ce moment là, les partisans de la  « Concorde » furent appelés les « Communeux » et ceux de la « Municipale » les « Civileux ».

Harmonie 02

 La lutte entre les deux clans devint pour ainsi dire journalière et se traduisit par des injures et même des coups.                                                                                  Constatant que la séparation d’avec Carvin ne pouvait être obtenue, les « Commu- neux » (la Concorde) firent appel à M. Declercq d’Oignies, propriétaire des bois et d’une grande partie des terrains de Libercourt. Adversaire politique du maire de Carvin, M. Declercq prit fait et cause pour les Communeux ».                                        Il donna l’ordre à ses gardes forestiers d’interdire aux « Civileux », membres de la " Municipale ", de travailler dans ses bois les privant de tout gagne pain pour eux et leur famille. Il fit savoir à tous les cultivateurs également membres de la « Municipale », à qui il louait ses terres, qu’il résiliait les contrats de location après la récolte en cours. Une délégation des Civileux rencontra M.Baggio, maire de Carvin. Ce dernier obtint des pouvoirs publics l’annulation des décisions de M. Declercq. Celui-ci dut s’incliner et remettre les choses en ordre.

Harmonie 03                  C'est à cette époque que M.Baggio fit un don pour les enfants de Libercourt fréquen- tant les écoles. Il leur fourni, tous les ans, un vêtement chaud à l’approche de l’hiver à condition que l’on ne réclame  plus la séparation de Libercourt d’avec Carvin.

Après la guerre 14/18, il y eut une tentative de réconciliation entre les deux clans pour obtenir l’érection de Libercourt en commune indépendante. La tentative échoua.

C’est en 1947, grâce au bon sens et à la volonté de tous, que Libercourt accéda enfin à l’indépendance. A la suite d’élections municipales, c’est M.Etienne Pruvost qui devint maire.                                                                                                  

                                              Harmonie 04

Les Chefs d'orchestre de l'Harmonie

1945 : Elysée Martin
1977 : Michel Segers
1986 : Georges Segers
1999 : Nicolas Grimonprez
2005  : Jean-Luc Bray                                                                                                     2011 : Cédric Bray

 

                                       

 

   

 

                                                       

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par kiba01540 à 16:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 mai 2012


Séquence Bicentenaire 02

Posté par kiba01540 à 08:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2012

Teddy Boy

Affiche - salut les petits loups-Jpeg

Né le 14 Janvier 1967 à Libercourt (Pas-de-Calais), le jeune TEDDY a grandi auprès de ses frères et soeurs en flattant très tôt le miroir de sa chambre de concerts endiablés ! Dès huit ans, il se passionne pour les tubes des années 50 ainsi que ceux  d' Elvis Presley qu'il apprend par coeur. Rapidement ses amis le surnomment TEDDY BOY en raison de sa passion à la fin des années 70 pour le ROCKABILLY. Il découvre alors des groupes comme les Stay Cats, Les Rocking Rebels, Les Alligators, Les Costars.

Teddy Boy Jpeg - 01Son look d'adolescent tout droit sorti de la série Hap- py days plaît et TEDDY se produit dès neuf ans sur beaucoup de scènes régio- niales du Nord de la France.

L'année 1985 marque le dé but de la carrière de ce tout jeune animateur. Repéré lors d'une émission jeunesse sur Antenne 2, les demandes affluent et c'est finalement TF1 qui accueille ce pétillant tee- nager de 17 ans pour ani- mer une émission jeunes- se Salut les petits loups. L'atout de Teddy c'est surtout son humour dévas- tateur : il imite l'acteur Jerry Lewis à la perfection et enchaîne ses passages à la télévision avec le sketch de The Typewriter / La machine à écrire.

Teddy Boy Jpeg - 03

Lors d'un spectacle à Lille, il croise un jeune chanteur débutant nommé Marc Lavoine. Ce dernier lui écrit deux chansons destinées à un dis- que 45 tours : " Merci beaucoup mis- ter Trenet "  est tout de suite adopté par la majorité des radios FM et na- tionale comme RTL et des émissions télévisées. Ce medley des chansons de Charles Trenet sur un rythme boogie -woogie permet à Teddy de com- muniquer son énergie débordante et d'électriser les foules ! Les moments merveilleux qu'il a connus durant son adolescence ne l'ont jamais quitté. Il fut durant quelques années le président de l'unique fan-club au monde de Jerry Lewis qu'il a rencontré à plusieurs reprises en France ainsi qu'aux Etats-Unis. 

Celui qui signe " Ton super pote, Ted- dy ", a su résumer en deux mots tou- te la gentillesse, la passion et l'au- thenticité de sa personnalité. Aujourd'hui, notre petit loup se produit régulièrement sur la scène du Tilbury  de Libercourt. Journaliste à ses heures, il a écrit la biographie de Mike Brant pour le livret de l'album Best Of RTL édité en 2009 chez Emi Pathé-Marconi.  Spécialiste de la chanson, il a également publié de nombreuses interviews et divers articles sur Elvis Presley, Marc Lavoine, Mike Brant, Johnny Hallyday, Claude Barzotti, Christophe Willem, Herbert Léonard, Catherine Lara... dans la revue musicale " Nos tendres et douces années " sous le pseudo de Teddy Lévy. 

Teddy Boy Jpeg - 05A force de se frotter au monde de la chanson, Teddy s'est pris au jeu en sortant, voici quelques années, un CD de rocka- billy compilant des chansons du tout premier répertoire du King entre 1954 et 1959. Il lance dans la fou- lée « La guinguette à Teddy » dans un café- musique de Libercourt alors qu' une nou- velle passion le tenaille : la Country Music. 

Sa rencontre avec Stéphane-  Chenu « Steve Watt » ( pro- ducteur-arrangeur héninois, grand maître du son)  va donner un nouvel essor à sa carrière. Le courant passe et petit à petit naît  un projet de CD « Country Cadillac » balayant tous les sty les de la country music. La voix grave et chaude du Libercour- tois habille à merveille ce vrai top-country mêlant influences irlandaises, ambiances crooner, Hillbilly... C'est avant tout un album fait pour les danseurs, il devrait cartonner dans les clubs de la région. Teddy se produit maintenant sur scène sous le pseudonyme de " Teddy Montana ".   

TEDDY MONTANA COUNTRY SHOW    www.fanclubmontana.canalblog.com

 Teddy Boy Jpeg - 02            Teddy Boy Jpeg - 06

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par kiba01540 à 13:53 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

11 avril 2012

Episodes de la vie de M et Mme Renard

M

C'est au coeur du bassin minier, pays des terrils, sous un manteau de grisaille, à Provin que la petite Célinie Henon fait ses premiers pas dans les allées cen- drées du jardinet qui entoure la maison.                                                           Non loin de là, à Carvin, un bambin André Renard s'éveille à la vie.                Plus tard ils vivront leur enfance dans la même ville à cent mètres l'un de l'autre et leur adolescence sera semblable à celle de tous les enfants de leur âge. André descend  à la Fosse à l'âge de 14 ans, tandis que Célinie exerce seMs talents de sténodactylo à la Sécurité Sociale. Après avoir tra- vaillé à la Fosse 3 et 4 de Meurchin, M.Renard s'en- gage. En reve- nant d'une de ses campagnes (Madagascar), lors d'une permis- sion, c'est sous les flonflons du bal que naît leur bel amour. A cette époque, vu le contexte,  un projet  de mariage n'est pas envisageable car M.Renard doit rejoindre Toulon pour partir en Indochine (actuellement le Vietnam)

Il est d’abord affecté au bataillon de renfort, puis au Quartier Général où il est res- ponsa ble du PFAT ( Personnel Féminin de l’Armée de Terre).

M                                                                                         Une correspondance journalière renforce leurs sentiments. Quand André propose à Célinie de venir le rejoindre, il a l’agréable surprise d’apprendre que le dossier de cel- le-ci est déjà prêt ( démarches, pi- qûres, vaccins …).

Avec l’autorisation de l’armée, leur mariage est célébré à Saïgon le 16 avril 1952. De cette union  un an après naîtra le petit  Philippe. Ils restent 30 mois en Indochine à l’é- tat major interarmées.

Revenus en France, ils sont af- fectés à la direction des troupes de marine d’outre-mer.

     A nouveau M.Renard repart au Congo, seul, tandis que son épouse reste à la caserne à Versailles. Elle le rejoint avec leur fils à Pointe Noire qu’ils quitteront pour Brazzaville.

M 

   De retour en France, revenu à la vie civile, André terminera sa car- rière aux Houillères en qualité de chef garde des Mines.

Affectée à Lille, Célinie travaillera pendant sept ans comme militaire. Ils partent respectivement à la re- traite en 1967 en ce qui concerne madame, après 15½ ans d’armée   (adjudant chef première catégorie) et en 1985 pour monsieur. M. et Mme Renard ont été des membres actifs de la vie associative de Li- bercourt, notamment celle des An- ciens Combattants.

M

 

 

 

Ils coulent des jours heureux, la tête pleine de souvenirs de leurs campa- gnes : Maroc, Madagascar, Kenya, Indochine, Congo …

De nombreuses décorations attes- tent de leur riche parcours. Croix du Combattant, Croix du Combattant volontaire, médaille militaire, Ordre National du mérite remis par M.Van- duren Paul (seul décoré de la légion d'honneur et habilité à remettre cette distinction) ...

La lueur de leur regard en dit long sur la profondeur de l’amour qui les unit depuis maintenant soixante années.

Pour les avoir rencontrés en mars 2012, nous pouvons vous dire que la flamme de leurs sentiments est toujours aussi vive. Ils nous ont confié :     " nous avons eu une belle vie ! ".

 

M 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par kiba01540 à 18:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

10 avril 2012

Cinquantenaire indépendance Libercourt 02


Séquence cinquantenaire 01 AVI

Posté par kiba01540 à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 mars 2012

14 mars 2012 : projection films

Affiche du14 mars 2012 Jpeg 100Voyage vers le passé

Répondant à l'invitation du CCAS et de l'atelier de recherche histo  liber - court, le public est venu nombreux en la salle Delfosse assister à la pro - jection de deux films historiques.

Le premier, intitulé '' En ce temps là ... Libercourt'' retraçait le Libercourt d'antan au travers de plus de trois cents photos anciennes représentant ses rues, ses écoles, ses églises, son passé industriel, en un mot la vie quo tidienne des Libercourtois en ce temps là.

Le second film réalisé par Guy Des - biens, était axé sur ''les vacances des mineurs à La Napoule et Berck''.

Des projections qui n'ont pas manqué de susciter beaucoup d'émotion et de nostalgie auprès des Libercourtois qui ont connu cette époque.

 

Ecran 01 Jpeg 100 

DSC_0423_129 Jpeg 100 (2)

DSC_0402_8 Jpeg 100

DSC_0405_11 Jpeg 100

DSC_0427_2 Jpeg 100

DSC_0408_14 Jpeg 100

 

 

 

 

 


 

Posté par kiba01540 à 13:58 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

13 juin 2011

Le sport à Libercourt

Le_sport___Libercourt_Jpeg_100

Placzek_Bernard_Jpeg_100

Placzek Bernard est né le 30 mai 1936 à Libercourt (Pas-de-Calais). Il a disputé l'essentiel de sa carrière au R C Lens, où il totalise 487 matches au total dont 377 en championnat. Il est, derrière Eric Sikora, le joueur lensois le plus capé de l'his- toire de ce club.

Carrière de footballeur :                                                                                    Clubs :  -  ASSB Oignies                                                                                                                  -  Calais RUFC                                                                                                                   -  RC Lens                                                                                                                         -  ES Viry-Châtillon                                                                                                                                                                                                                                                                                                    Palmarès :                                                                                                                           Sélection en équipe de France                                                                                      Vainqueur de la Coupe Drago en 1958/1959, 1959/1960, 1964/1965, 1965/1966     Vainqueur de la Coupe de l'Amitié

Entraineur :                                                                                                                         ES Viry-Châtillon                                                                                                              SC Hazebrouckois                                                                                                          US Saint-Omer                                                                                                                   CRUF Calais

 Bieganski_Guillaume_01_Jpeg_100                                                                                                                                                                               

Bieganski Guillaume est né le 3 novembre 1932 à Libercourt (Pas-de-Calais). Solide défenseur, il a presque tout gagné. Dur avec lui-même, généreux dans l'effort, il a marqué tous les clubs où il est passé et a, chaque fois, soulevé un trophée. Il a par- ticipé à la Coupe du monde 1954.

Carrière de footballeur :                                                                                   Clubs : -  Lille OSC, 1951/1959                                                                                                      -  RC Lens, 1959/1963                                                                                                       -  US Marignane, 1965/1968                                                                                                                                                     Palmarès :                                                                                                                   Champion de France : 1954 avec le LOSC                                                          Vainqueur de la Coupe de France : 1953, 1955 avec le LOSC                                        Finaliste de la Coupe Drago : 1954, 1956 avec le Lille OSC et 1964 avec Forbach    9 sélections avec l'équipe de France de football ( 1963-1961 ) 

Glovacki_L_on_100_Jpeg

Léon Glowacki est né à Libercourt le 19 février 1928 de parents immigrés polonais.

Carrière de footballeur :

Clubs - 1947-1949 : Douai
          - 1949-1952 : AS Troyes
          - 1952-1957 : Stade de Reims  (où il forma le trio d'attaque avec Raymond Kopa et Abraham Appel)
          - 1957-1959 : AS Monaco
          - 1959-1960 : AS Saint-Etienne
          - 1960-1962 : Stade de Reims (où Kopa insista auprès des dirigeants pour l'avoir comme coéquipier)

Palmarès
Sélection nationale : 11 sélections en équipe de France A de 1953 à 1955, pour 3 buts marqués - Participation à la Coupe du monde 1954
Clubs : - Finaliste de la Coupe d'Europe des clubs champions en 1956
             - Vainqueur de la Coupe Latine en 1953
             - Finaliste de la coupe Latine en 1955
             - Champion de France en 1953, 1955 et 1962
             - Finaliste de la Coupe de France en 1960 (avec Saint-Etienne)                           - Trophée des Champions en 1955
             - 267 matches de Division 1 durant 10 ans, pour 84 buts

Entraîneur - 1965-1967 : CL Dijon
                    - 1967-1968 : Olympique Avignonnais
                    - 1968-1969 : FC Annecy

Il est décédé le 9 septembre 2009 à Genève à 81 ans.
" J'ai été très triste d'apprendre sa disparition, a réagi Kopa, interrogé par l'Equipe. C'était un très grand footballeur, très intelligent, avec qui je me suis tout de suite très bien entendu. Avec lui, je jouais les yeux fermés ".

Stassievitch_AlexandreStassievitch Alexandre est né le 20 septembre 1950 à Libercourt (Pas-de-Calais). Il a passé toute sa jeunesse dans les corons à jouer au football avec ses copains, par- fois même en tapant non pas dans un ballon mais dans des boites de conserves. Il a porté les couleurs d'Ostricourt avant celles de Carvin, où il a fait les beaux jours du club au poste d'avant-centre, en Régionale. En 1972, il a 22 ans, un dirigeant du LOSC le sollicite pour faire un match d'essai à Seclin. Ce dernier à la fin du match lui dira " des joueurs comme toi, j'en ai une cinquantaine " il ne sera pas retenu. A la sortie du stade quelqu'un l'arrêtera pour lui demander s'il a été pris, la réponse étant non, il s'entendra dire : " moi je te prends! ". Il s'agissait de M. Trannin, le directeur sportif du RC Lens.

Stassievitch_Alexandre_02_Jpeg_100

Sa polyvalence, son envie de gagner plurent très vite à l'entraîneur des Sang et Or. Alexandre Stassievitch fit donc plusieurs apparitions en D1, avec Lens, au cours de la saison 1974-1975, avant de faire pratiquement l'intégralité de la saison suivante en tant que titulaire. En même temps, il fut sélectionné en équipe de France olympi- que et devint le capitaine de cette sélection.

Stassievitch_Alexandre_01_02_Jpeg_100

Notre talentueux footballeur y côtoya du beau monde. Il se retrouva au milieu d'une génération prestigieuse avec Michel Platini, Rouyer, Pecout, Amisse, Jean Fernan- dez ou encore Battiston.

Carrière de footballeur :                                                                                      Clubs : Lens B, 1974/1975                                                                                                          -  Lens, 1975/1977                                                                                                              -  Poissy, 1977/1978                                                                                                            -  Montluçon, 1978/1980                                                                                                    -  Noeux-les-Mines, 1980/1982                                                                                        -  Saint-Omer, 1982/1987

Palmarès :                                                                                                         Qualification JO de Montréal en 1976                                                                    Coupe des Vainqueurs de Coupes                                                                           Coupe de France                                                                                                                3 titres de champion d'Europe de la police      

Stassievitch_Alexandre_01_Jpeg_100                       

  Aujourd'hui M. Stassievitch coule des jours heureux dans le sud de la France.

  Kaczmarek_Jean_01

Kaczmarek Jean est né le 04 novembre 1933 à Libercourt. Milieu de terrain.

Carrière de footballeur :                                                                                          Clubs : -  CO Roubaix -T, 19521953                                                                                              -  TFC, 1953/1957                                                                                                              -  Red Star 93, 1957/1959                                                                                                  -  Strasbourg, 1959/1961

Palmarès :                                                                                                                  Coupe Charles Drago                                                                                                       Coupe de France          

 

 Source : Internet

La Renaissance Sportive de Libercourt

Le sport, à Libercourt, a débuté en 1923, avec la création de la Renaissance sporti- ve de Libercourt, qui ne comprenait, à l'époque, qu'une équipe de football et qui ne dura qu'une année ou deux. Vers 1924-1925, un club de lutte fut formé par les So- kols (Société sportive et culturelle, crééé par l'arrivée des Polonais en France), jus- qu'en 1936-1938.

En 1934, un Vélo-Club fut fondé ; son siège était situé face à l'actuelle salle Diévart, rue Quinet. Quelques années plus tard éclata la Seconde Guerre mondiale, entraî- nant la disparition du sport à Libercourt, à l'exception du football. En août 1940, trois jeunes Libercourtois ( Lucien Diverchy, René Termote, Claude Vandenbuss- che ) décidèrent la création d'un club de football qui allait porter le nom de Sporting  Club de Libercourt. Son équipe première devait participer à un mini-championnat régional et y tenir brillamment les premiers rôles. Le club devait disparaître en juin 1942. Pendant la même période (1940-1942) dans le quartier de la Fosse 5, existait une autre équipe de football fondée par M. Joseph Kendziora (boulanger) assisté de M. Jean Smolarek. Comme son homologue libercourtois, elle participa au mini-cham pionnat avec le même brio. Le terrain du Sporting-Club était  une pâture située au- dessus du groupement du Petit-Wahagnies, face au bosquet Martinet. Celui de l'é- quipe de la Fosse 5 était également une pâture, au-dessus de la ferme de Madame Anna Cornil. Les deux équipes disparurent lors de la reprise de toutes les activités à l'A.S.S.B. Oignies (équipes des Mines), celle-ci exigeant le retour de tous ses an- ciens juniors qui composaient la majeure partie des deux formations.

Sporting_club_de_Libercourt_en_1941_Jpeg_100

En 1947, le sport réapparaît à Libercourt avec la création d'un corps de ballets di- rigé par M. Alfred Lenglet, assisté de MM. Fernand Catenne, Olivier Delfosse, leurs épouses et quelques autres personnes.

R_S__L_Ballet_Libercourt_01_Jpeg_100

R_S_L_Ballet_Libercourt_02_Jpeg_100

R_S_L_Ballet_Libercourt_03_Jpeg_100

En septembre 1947, quand Libercourt fut érigé en commune, le souhait fut émis de former une société sportive : la R.S.L.(Renaissance Sportive de Libercourt) revit le jour. Elle comprenait alors cinq disciplines : la gymnastique, le basket-ball, le foot- ball, la boxe et la lutte. A une certaine époque, les lutteurs s'entraînaient dans le ga- rage situé au fond de la cour du logement sis 73, rue Cyprien-Quinet, habité par M. Léon Delfosse. Tout cet ensemble regroupait environ 300 personnes.

Les_lutteurs_1946__Jpeg_100

La R.S.L. organisait différentes manifestations locales : gala de lutte et catch ( salle Legrand, ancien P.M.U. rue Jules Leblanc ), démonstrations de gymnastique ( place de la Poste ) mais également des concours de gymnastique au plan national à Ver- sailles, Strasbourg, etc ...

Renaissance__Sportive_Libercoutoise_R

La R.S.L. fut recréée, pour la troisième fois, en 1971 avec l'arrivée d'une nouvelle municipalité. Elle s'est composée de 16 clubs : le billon, le cyclotourisme, le football, la gymnastique d'entretien, le hand-ball, le judo, le javelot, la lutte, la pétanque, le tennis de table, le tir à l'arc, le twirl ( majorettes ), l'U.N.S.S.( Union Nationale des Sports de l'Enseignement Secondaire ), l'U.S.E.P.( Union Sportive de l'Enseigne- ment Primaire ), la danse et la  boxe thaïlandaise. Ces clubs regroupaient 1 498 participants dont 1 400 licenciés. 

la_paire_Masquelier_Renard_18_Aout_1962_Jpeg_100

 L_U

Son bureau directeur était composé de Mme Ghislaine Horin ( Présidente ), Mme Brigitte Dechy ( Secrétaire ), M. Maurice Chauveau ( Trésorier ), M. Jacques Deléglise ( Trésorier adjoint ) et MM. Jean-Marie Planchon et Paul Boudrique         ( Vice-présidents ). 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par kiba01540 à 14:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juin 2011

Joueuse émérite : Paulette Mercier

14_Sept_86_Journ_es_L

Tennis de table U.F.O.L.E.P.                      Paulette Mercier

Joueuse émérite, au palmarès impressionnant, a marqué de son empreinte le sport libercourtois en particulier le tennis de table.

tennis_de_table_1999_Jpeg_100

 

Mercier_Paulette_et_Mayeur_Pierre_Jpeg_100

De 1972 à 1991 :              10 fois championne de France                                 6 fois vice-championne de France                             13 fois 3ème aux cham- pionnats de France.         Elle a accumulé de nom- breux titres de secteurs, inter-secteurs départe- mentaux et régionaux.

 

Elle est titulaire de :           - la médaille de la ville de Libercourt                            - la médaille de la Jeu- nesse et des Sports           - la médaille de bronze du comité départemental de l' U.F.O.L.E.P. pour services rendus à la jeunesse.

 

 

 

 

 

 

 

Posté par kiba01540 à 19:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2011

Paru dans le bulletin municipal

Paru dans le bulletin municipal de Libercourt

Article_revue_municipale__histo_libercourt__01_Jpeg_100

 

Posté par kiba01540 à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 mars 2011

Jean-Baptiste Delobel

Jean-Baptiste Delobel

Jean Baptiste Delobel est né le 16 août 1852 à Garguetelles, hameau de Li- bercourt. Il y mourut le 19 septembre 1930. Ses parents, petits cultivateurs, lui donnèrent une solide instruction qui fit de lui un géomètre arpenteur. Toutes ses connaissances servirent à la défense des petites gens aux prises, à  cette période, avec l'action féodale (Mme Declerc, châtelaine à Oignies, en était la vivante image). Il lutta pour protester contre l'invasion des lapins de Mme Declerc.                                                                                                                   Il fut l'un des fondateurs du premier syndicat agricole groupant tous les cul- tivateurs de Garguetelles, assez nombreux à cette époque.                       Homme social ayant une intelligence développée, il fit partie des propaga- teurs des idées socialistes.                                                                                         Excellente plume, auteur de nombreuses études sociologiques se rapportant à la région, il fut un polémiste incisif et d'une ironie cinglante avec tous ses adversaires, en particulier ceux qui exploitaient la classe ouvrière. Célibataire, il a vécu avec sa soeur. A sa mort, il fit un legs à la commune de Carvin-Libercourt : une parcelle de terrain qui a permis de construire le pre- mier groupe d'H L M de Libercourt.                                                                       Pour ces raisons et en reconnaissance à sa mémoire, le Conseil Municipal a décidé, à l'unanimité, de donner son nom à la rue qui part de la gare de Libercourt et va jusqu'au haut de Garguetelles en passant devant la première cité d'H L M de la ville.

Posté par kiba01540 à 16:23 - - Commentaires [1] - Permalien [#]