LES MAIRES DE LIBERCOURT

 

B_827_Blason_de_Libercourt_100_JPEG

1947 à 1965   Etienne Pruvost

1965 à 1971   Georges Mangin

1971 à 1983   Antoine Victor

1983 à 1986   Léon Delfosse

1986 à 1995   Samuel Lannoy

1995 à 2002   Jean-Claude Mortreux

2002 à             Daniel Maciejasz

 

B_659_Etienne_Pruvost_03    

 

Etienne Pruvost

 

 

 

Fils d'un ouvrier mineur tombé au champ d'hon- neur en 1916, Etienne Pruvost entre aux Houillères en 1934. Son service militaire achevé, il est rap- pelé le 2 septembre 1939 et fait prisonnier le 10 juin 1940. Libéré, il entre dans la Résistance avec "Libé-Nord" et rejoint les F.F.I. Engagé volontaire en septembre 1944, il poursuit la lutte contre l'occupant. Il obtiendra la croix de guerre et la médaille de la Résistance. Premier maire de Libercourt, de 1947 à 1965, M. Etienne Pruvost a toujours regretté de ne pas avoir eu la possibilité de poursuivre des études plus longues. C'est l'une des raisons pour lesquelles, devenu maire, il a tout fait, et cela dans des conditions particulièrement difficiles, pour doter Libercourt d'une infrastructure scolaire importante. Il est décédé en 1989.

B_840_Journal_Mangin_02__100_JPEG

                                                                

Georges Mangin 

 

 

Georges Mangin est né le 20 décembre 1906. Il était le premier adjoint du maire sortant Etienne Pruvost, lorsqu'il fut élu en mars 1965, mandat qu'il terminera en mars 1971. Pendant ces six années, il s'investit dans les écoles publiques et les travaux de voiries. C'est de cette époque que date no- tre hôtel des postes.                                                                        

 

 

Antoine Victor

 

A_916_1974_Antoine_Victor_03_100_JPEG

Il est né à Libercourt le 1er septembre 1926 dans le secteur de la Fosse 5. Fils et petit-fils de mi- neur, il débute dans la vie active à la Fosse 4 des mines d'Ostricourt comme employé au service comptabilité où il restera jusqu'au 21 août 1945. Il entre alors aux P.T.T. Son service militaire achevé (Marine nationale février 1947 à mars 1948), il y retourne jusqu'au 1er juin 1948 date à laquelle il réintègre les Houillères nationales. Il y termine sa carrière le 1er septembre 1982 en qualité de chef de district des voies ferrées. Il consacrera toute sa vie au syndicalisme mineur. Il est élu maire de notre commune de 1971 à 1983. Il s'investit dans la construction de logements (plus de 500): les Marlières, la Petite Résidence, la résidence Jean-Jaurès, la Rayère. Il pour- suit l'intensification des travaux de voirie et d'assainissement. Sous son mandat le patrimoine communal s'enrichit de l'ancienne mairie (devenue la Halte-garderie Etienne Pruvost), du bois et de l'étang de l'Emolière. Il est à l'origine de l'implantation de la première zone industrielle des Botiaux. 

 

 

 

                                 Léon Delfosse 

 

 

Léon Delfosse est né le 14 octobre 1910. Orphelin de B_828_04_L_on_Delfosse_100_JPEGtrès bonne heure (son père ayant été tué en 1916 sur le front d'Alsace, à Belmagny), il entre à la mine à douze ans et demi. Quelques années plus tard, il part pour Charmes dans les Vosges pour travailler comme apprenti boulanger, puis revient à Libercourt. A 28 ans il est élu délégué mineur à la fosse  3/5 de Libercourt, puis administrateur  à la caisse de secours minière. Dès l'occupation, Léon Delfosse sait faire face à ses responsabilités. Recherché par la gestapo, il passe dans la clandestinité. Arrêté, emprisonné, interné à Eperlecques, il s'évade pour reprendre son activité clandestine. En 1946, il devient directeur  général adjoint des Houillères du bassin Nord-Pas de Calais. Il con- tribue à l'achat du château Agecroft, à La Napoule, sur la Côte d'Azur qui deviendra le premier grand centre de vacan- ces des mineurs et de leur famille. Il est à l'origine de la création du centre de rééducation physique d'Oignies, en faveur des mineurs blessés et handi- capés, des nouvelles cités minières avec leurs habitations modernes. Elu premier adjoint au maire de la municipalité d'Union de la gauche de Liber- court de 1971 à197 puis de 1977 à 1983, il est à l'origine de l'achat du terrain de la zone industrielle des Botiaux, de l'ancienne cité des Six-Drèves, de la création de l'étang de l'Emolière, tout cela avec la participation de ladite mu- nicipalité. En 1983, il est élu maire de la commune, mandat qu'il n'a pas ter- miné, étant décédé le 20 mars 1986.

 

 

                               Samuel Lannoy

Samuel_Lannoy_100_JPEG

 

 

Né le 18 avril 1928 à Carvin (Pas-de- Calais), Samuel Lannoy, titulaire du C.E.P. et d'un C.A.P. de chaudronnier - soudeur, est Libercourtois depuis 1956. Marié et père de quatre enfants, il est retraité des H.B.N.P.C. après 41 ans de service. Il a été élu conseiller munici- pal, puis adjoint au maire de 1977 à 1986. C'est cette année - là qu'il succé- de à Léon Delfosse, décédé. Il a été élu maire de Libercourt de 1986 à 1995 date à laquelle il nous a quittés.

 

 

            

Jean-Claude Mortreux

                                                                                               Jean_Claude_Mortreux_2000__100_Jpeg

 

Galibot à 15 ans, Jean-Claude Mortreux a 33 ans lorsqu'il embrasse une carrière de syndi- caliste à Force Ouvrière.                                        Il devient, en 1981, président de la Société Mi- nière d'Ostricourt, de la Haute Deûle en 1986 et enfin de celle du Pas-de-Calais en 1996. Sa carrière politique débute en 1982. C'est à cette époque qu'il devient secrétaire de la Section Socialiste. Il se prépare pour les élections mu- nicipales et se présente pour la première fois en 1989. Il devient premier magistrat de la ville six ans plus tard. Il est réélu en 2001. Des ennuis de santé liés à la silicose, des difficultés respiratoires l'amènent à se retirer en 2002 après le parcours d'une belle vie, une vie de combat pour les autres.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Daniel Maciejasz

 

Mr_Maciejasz_Daniel__portrait__100_JPEG