Lyre musicale 01 03     

 

 

     

 

L'Histoire de l'Harmonie municipale

" La Concorde "

 

                                                                                                                                                                                                                          Deux sociétés musicales s'affrontent !  La grande querelle des ’’Communeux’’ et des ’’Civileux’’                                                                                                                                      ’’ Naissance de l’ Harmonie la Concorde ’'

 En 1842, fut fondée à Libercourt une société musicale qui fut dirigée successivement par MM. Grossemy, Gellez, et Blaise Deléteuille. Cette société marcha très bien pendant longtemps. Le siège et les répétitions se déroulaient dans le café de Blaise Deléteuille. Un samedi soir, jour de répétition, un désaccord survint entre ce dernier et des musiciens. Ceux-ci quittèrent leur siège et s’en allèrent au café d’en face chez Duportat. Ils désignèrent parmi eux un nouveau chef et reprirent la répétition. De ce fait, Blaise Deléteuille n’était plus chef de musique et perdait une bonne clientèle. Il lui vint alors une idée qu’il mit de suite à exécution. Il alla trouver chez eux quelques musiciens pour leur faire part de celle-ci : demander la séparation de Libercourt d’avec Carvin. Libercourt était à cette époque considéré comme hameau de Carvin et de ce fait n’avait aucune administration. Les Libercourtois étaient constamment obligés de se déplacer au chef lieu de canton de Carvin pour toutes les démarches administratives ( déclarations des naissances, des décès, célébrations des mariages... )                                                                                                                                                                        

Harmonie 01                                                                                      

L’idée de Blaise Deléteuille enthousiasma ses interlocuteurs. Il alla trouver quelques autres amis en leur faisant  des promesses: '' toi, tu seras maire, toi adjoint, toi conseiller, toi garde champêtre …'' Bref, il ’’ débaucha ’’ ainsi dix-huit membres de la société de musique qui revinrent chez lui et le désignèrent à nouveau chef.                    Blaise Deléteuille venait tout simplement de réaliser la scission.                              

               Fanfares ’’ MUNICIPALE ’’ et ’’ CONCORDE ’’               Les autres musiciens gardèrent donc comme siège le café Duportat, nommèrent un nouveau chef et en avisèrent aussitôt M.Baggio, maire de Carvin, lequel leur conféra le titre de Fanfare Municipale et leur alloua une subvention de la ville.                                Ceux qui avaient suivi Blaise Deléteuille fondèrent alors la fanfare « La Concorde » et n’obtinrent pour cause aucune subvention. Cette affaire déclencha, on s'en doute, de vifs remous dans le hameau et provoqua même de vives violences.                              La « Concorde » réclama l’indépendance pour Libercourt ce qui fût refusé par Carvin.   La « Municipale » demanda et obtint une décentralisation.  Des services d’état furent installés, les actes administratifs purent s’établir à Libercourt. Un adjoint spécial fut même désigné.  C’était un point marqué par la Municipale ». 
A partir de ce moment là, les partisans de la  « Concorde » furent appelés les « Communeux » et ceux de la « Municipale » les « Civileux ».

Harmonie 02

 La lutte entre les deux clans devint pour ainsi dire journalière et se traduisit par des injures et même des coups.                                                                                  Constatant que la séparation d’avec Carvin ne pouvait être obtenue, les « Commu- neux » (la Concorde) firent appel à M. Declercq d’Oignies, propriétaire des bois et d’une grande partie des terrains de Libercourt. Adversaire politique du maire de Carvin, M. Declercq prit fait et cause pour les Communeux ».                                        Il donna l’ordre à ses gardes forestiers d’interdire aux « Civileux », membres de la " Municipale ", de travailler dans ses bois les privant de tout gagne pain pour eux et leur famille. Il fit savoir à tous les cultivateurs également membres de la « Municipale », à qui il louait ses terres, qu’il résiliait les contrats de location après la récolte en cours. Une délégation des Civileux rencontra M.Baggio, maire de Carvin. Ce dernier obtint des pouvoirs publics l’annulation des décisions de M. Declercq. Celui-ci dut s’incliner et remettre les choses en ordre.

Harmonie 03                  C'est à cette époque que M.Baggio fit un don pour les enfants de Libercourt fréquen- tant les écoles. Il leur fourni, tous les ans, un vêtement chaud à l’approche de l’hiver à condition que l’on ne réclame  plus la séparation de Libercourt d’avec Carvin.

Après la guerre 14/18, il y eut une tentative de réconciliation entre les deux clans pour obtenir l’érection de Libercourt en commune indépendante. La tentative échoua.

C’est en 1947, grâce au bon sens et à la volonté de tous, que Libercourt accéda enfin à l’indépendance. A la suite d’élections municipales, c’est M.Etienne Pruvost qui devint maire.                                                                                                  

                                              Harmonie 04

Les Chefs d'orchestre de l'Harmonie

1945 : Elysée Martin
1977 : Michel Segers
1986 : Georges Segers
1999 : Nicolas Grimonprez
2005  : Jean-Luc Bray                                                                                                     2011 : Cédric Bray